Djo_1.jpg

Il est loin déjà, le temps du lycée. C’était le « Bartholdi » à Colmar. Le temps où un sympathique prof d’anglais avait donné le surnom de Djo à Jean-Philippe.

Depuis, les copains l’appellent ainsi.

Avec les copains justement, l’idée d’un groupe de musique est vite arrivée. Au début des années 80, « Capricorn » devient « Faust ». C’est parti pour l’aventure « hard rock/heavy metal ». En ces temps désormais reculés, le groupe est précurseur dans la région.

Au début des années 90, c’est avec « Présence » puis « Les Incongrus » que Djo poursuit sa route musicale. Encore du rock, des compos originales et aussi une belle flopée de concerts dans la région. L’écho de ces années rock résonne encore quelque part sur «Youtube®». Attention, ça décoiffe !

Après un passage par la case « intermittence du spectacle », Djo rejoint « La Bande à Part » pour revisiter l’œuvre de Brassens dans une approche  «électrique». Le passage dans « Tempo » en 1996, émission TV hebdomadaire de France 3 Alsace, en témoigne.

Au début des années 2000, la rencontre avec Bruno va occasionner la formation du groupe «Starkad», initialement créé dans le but de recueillir des fonds pour les résidents du foyer d’accueil médicalisé de Rouffach.

C’est le début de leur collaboration.

En 2005, arrivent les « Oiseaux de Passage ». L’œuvre de Brel revisitée. Voilà un projet ambitieux ! Trois spectacles en 10 ans. Une belle aventure artistique et humaine qui se poursuit aujourd’hui.

En 2007, Djo participe à un court métrage « Dédale & Icare» dont il compose la musique en s’inspirant de mélodies de la Grèce antique. Formidable expérience, au vu de son goût pour cette période de l’histoire !

L’année suivante, il créé la musique d’une pièce de théâtre, « Chair Amour », pour la compagnie « RamDam ».

En 2015, un projet nouveau voit le jour. Il s’appelle « Passage Klezmer ».

Une autre invitation au voyage…

Retour en haut

Publicités